L’ongle : un phanère à la fois dur et fragile

De nombreux troubles peuvent affecter les ongles, notamment la déformation et la dystrophie, les infections et le phénomène des ongles « incarnés ». Les infections peuvent toucher n’importe quelle partie de l’ongle et peuvent éventuellement modifier son apparence. La plupart des infections des ongles sont fongiques (onychomycose), mais des infections bactériennes et virales peuvent également se produire.

L’unité de l’ongle est composée de la plaque de l’ongle (partie dure constituée de la protéine kératine) et des structures environnantes. Le lit de l’ongle est situé sous l’ongle et permet de fixer l’ongle au doigt ou à l’orteil. La matrice de l’ongle est située à la base de l’ongle : c’est de là que provient sa croissance. La cuticule relie le haut de la plaque de l’ongle à la peau qui se trouve à l’arrière. La lunule, en forme de demi-lune, se trouve à la base de l’ongle, avec une coloration généralement plus claire.

Ongles affectés : des causes variées

Voici quelques-unes des causes les plus courantes des affections des ongles :

  • Infections (telles que la paronychie, les verrues et le syndrome de l’ongle vert)
  • Des blessures non désinfectées ;
  • Les maladies organiques (certaines maladies pulmonaires qui peuvent provoquer le syndrome de l’ongle jaune) ;
  • La mycose des ongles (onychomycose) ;
  • Des problèmes dits « structurels » comme l’ongle incarné ;
  • Des malformations à la naissance (telles que le pachyonychia congenita) ;
  • La consommation de drogue ;
  • Certaines tumeurs.

L’impact du vieillissement sur les ongles

Avec le vieillissement, les ongles deviennent secs et cassants. Ils perdent leur convexité naturelle pour devenir plats, voire concaves. Ils peuvent également développer des crêtes sur leur longueur. La couleur des ongles peut changer vers le gris ou le jaune sans forcément accuser une pathologie particulière. Les ongles les plus cassants peuvent se fendre.

Les ongles d’orteils nécessitent une attention particulière chez les personnes âgées et chez les personnes atteintes de diabète ou de maladies vasculaires périphériques. Ces personnes peuvent avoir une sensibilité réduite au niveau des pieds, ce qui augmente le risque de blessure lorsqu’elles essaient de se couper les ongles. Des soins appropriés réalisés par un podologue qualifié pourront les aider à prévenir les lésions cutanées qui peuvent entraîner des infections.

L’onychomycose met vos ongles à rude épreuve

Environ 10 % de la population mondiale est atteinte d’onychomycose, qui touche le plus souvent les ongles d’orteils. Elle est plus fréquente chez les personnes âgées, en particulier les hommes, les personnes souffrant d’une mauvaise circulation sanguine au niveau des membres inférieurs (notamment les maladies artérielles périphériques), de diabète, d’un système immunitaire affaibli, du syndrome du pied d’athlète ou de dystrophies des ongles. L’onychomycose revient souvent, même après un traitement prolongé.

La plupart des cas sont causés par des dermatophytes (un type de moisissure). Le champignon peut être contracté par contact avec une personne infectée ou avec une surface où le champignon est présent, comme le sol d’une salle de bain ou d’une piscine publique. Les ongles infectés ont une apparence anormale mais ne sont ni douloureux ni irrités. Ils ne démangent pas. Dans les infections bénignes, les ongles présentent des taches de couleur blanche ou jaune. Une écaille blanche et crayeuse peut s’étendre lentement sous la surface de l’ongle.

Dans les infections plus graves, les ongles s’épaississent et apparaissent déformés et décolorés. Ils peuvent se détacher du lit de l’ongle. Habituellement, les débris de l’ongle infecté s’accumulent sous son bord libre. Le diagnostic est généralement posé par un médecin sur la base de l’apparence des ongles. Pour confirmer le diagnostic d’onychomycose, le médecin peut devoir examiner un échantillon des débris d’ongle au microscope et parfois le cultiver pour déterminer le champignon qui est à l’origine de l’infection ou couper une partie de l’ongle et effectuer un test appelé réaction en chaîne de la polymérase (PCR).

Le test PCR est utilisé pour produire de nombreuses copies d’un gène à partir du champignon, ce qui rend le champignon beaucoup plus facile à identifier, facilitant ainsi le traitement. Vous cherchez un traitement rapide pour la mycose des ongles ? Vous pouvez tester Okenys.